Transsexualisme1

Tout ce qu’il faut savoir sur la transsexualité

Depuis le début des années 2000, les psychologues du centre de Devereux avec l’aide d’une association des transsexuelles ont décidé de statuer sur un problème auquel les trans se heurtent en permanence. Faute de compréhension et d’appréhension, la société continue de les considérer de manière hautaine, la raison pour laquelle plusieurs chercheurs se vouent corps et âme pour approfondir ce sujet.

Quel est le principe de la transsexualité ?

En retraçant l’histoire des transsexuelles, il a été constaté qu’autrefois ces personnes n’existaient jusqu’à l’émergence de la psychologie, de l’endocrinologie ou de la chirurgie plastique. Auparavant, les trans étaient des personnes inconsidérées par son entourage qui vivaient en réclusion dans un monde mythique. Désormais, le site https://www.psychologue-soignies.be définit ce phénomène comme un état mental pathologique selon laquelle une personne se sent plus à son aise en étant l’inverse de son identité sexuel réel. Autrement dit s’il s’agit d’une femme alors elle désire vivre comme un homme et vice versa. En raison de ces besoins incompréhensibles, la personne touchée se sent marginalisé car la société bien qu’en étant évolué continue de désapprouver un tel état d’esprit. Le même, ce site stipule qu’il s’agit d’un phénomène contre-nature ce qui engendre souvent une attitude de repli ou vindicatif venant du patient.

La transsexualité est-elle vraiment une maladie ?

Plusieurs psychologues assimilent la transsexualité à une maladie psychologique. En retraçant les pas des premiers transsexuels au 19eme siècle, la psychiatrie de l’époque catégorisait les trans parmi les « déviants sexuelles”. Plus tard avec l’apparition de l’endocrinologie, les psychiatres ont développé une hypothèse selon laquelle les trans souffraient d’une psychose. Finalement au début du XXeme siècle avec l’apparition de la chirurgie réparatrice, Harry Benjamine a contesté les hypothèses menées par ses prédécesseurs en offrant une nouvelle attribution aux transsexuelles. Il les a dotés d’un groupe d’appartenance spécifique selon laquelle les trans souffrent d’un syndrome de transsexualisme. Ainsi, ils avaient été regroupé dans une catégorie psychopathologique et nécessitaient une assistance particulière. Face à cette situation, ces transsexuelles ne sont pas restés de marbre et ont créé des associations militantes pour revendiquer leurs dépsychiatrisations. En France cette lutte interminable parvint à porter ses fruits par le biais de la promulgation d’un décret de déclassement de la transsexualité des affections psychiatriques de longue durée en 2010. Mais bien que cette lutte ait porté des fruits, la société continue de voir le transsexualisme comme une maladie pathologique.

Comment s’en sortir ?

En vue de réintégrer les trans dans la société, un accompagnement psychiatrique doit être effectué. Le déroulement de la séance a été nettement expliqué selon laquelle le psy va écouter le patient de fond en comble sans le juger pour comprendre son état d’esprit. La séance doit commencer par un partage, franc, sincère et ouvert. Le psy va ensuite lui proposer quelques exercices à faire pour sa réassignation. Une fois ces exercices achevées, l’accompagné a le choix entre abandonner son désir de changer de sexe et vivre normalement ou poursuivre son rêve. La décision finale ne peut toutefois provenir que de lui-même.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *